OXALIS, Ânes & Nature

Randoâne

 Burkinature

Animâne

 Oxâne

 OX! & Cie

                

 

Historique du Team

 


Un programme de découverte et d'études pour les jeunes étudiants de la Maison Familiale de Bonne et du village de Saint Jean de Tholome (Haute Savoie)

“Le Team Burkinature est une sorte de nébuleuse dont la force d’attraction est mystérieuse mais terriblement contaminante…”           Félix Ouédraogo.

Naissance:

Le Team est né de la rencontre des membres de l’association Oxalis de Saint Jean de Tholome et l’équipe d’enseignants de la Maison Familiale de Bonne (74).

Depuis de nombreuses années, des "Clins d'œil" sur l'Afrique sont fait dans les différentes activités des partenaires mais aucun événement concret n'était venu affirmer un véritable engagement. C'est au début des années 90 que le "Team BURKINATURE" a réellement vu le jour par l'introduction d'une approche pédagogique de sensibilisation auprès des jeunes et de rencontres auprès des responsables.

               Depuis, des activités sont installées et sont reconduites avec une vraie organisation, des liens sont créés et sont alimentés par de réguliers contacts et rencontres, illustrés par une vraie volonté de pérennité de la part de chacun.

Aujourd’hui, c’est une véritable institution installée méthodiquement avec des activités de développements concrètes et structurées.

               Pour faciliter la lecture de cet historique, il est conseillé de commencer par la fin et de remonter le temps.

Evolution:

2017

« N’abandonnes jamais quelques choses à quoi tu tiens vraiment… »

C’est la devise du Team 6 !
Elle est on ne peut plus et on ne peut mieux respectée. Malgré les contraintes, les embuches et les difficultés… On y est arrivé !
Une mission innovante et ambitieuse, réussie et bien conclue !
L’idée de ce déplacement au Faso tenait en 4 points :
- Visite des sites et des partenaires locaux
- Rénovation du dispensaire de Godyr
- Animation à l’école de Tantankilé
- Immersion dans les structures partenaires

Tout a été fait et relaté dans un petit film de 20’ conçu et réalisé par Andrée Larmusiaux (Accompagnatrice et animatrice du Team). Vous le retrouverez sur le site de l’association (www.oxalis-nature.com).
Concrètement, plus les années avancent, plus nous savons faire. Nous sommes plus efficace, plus performant, plus en phase, plus organisé, plus partenaire, plus satisfait !
Mis à part cette mission, nous avons cette année :
- expédié 2 Tonnes de fournitures scolaires et médicales grâce au soutien de l’association Transhuma de Thonon qui nous a transporté 5m3 sur Ouaga par camion (1500€).
- Réalisé plusieurs microprojets suite au voyage de février : Matelas, bancs et rénovation électrique au dispensaire de Godyr, soutien à l’école des sourds muets de Pissy, financement de scolarité à Konéga et plantation a l’atelier de savonnerie.
Une belle année financée par de nombreuses activités sportives et culturelle (Môlinette, spectacles, concerts, collectes…). Nous nous sentons bien à notre place, en phase avec les moyens et le temps dont on dispose. Nous filons droit vers 2018 avec une motivation intacte!

2016

Quelle année… Des émotions, des contretemps et des déceptions…

Quand nous avons été détournés sur Niamey puis rapatriés sur Istanbul avant de rentrer en France… Les attentats du 15 janvier à Ouagadougou sont survenus 1 heure avant notre atterrissage au Burkina. Quelle déception pour le Team 6 qui était parti avec ses 400kg de fournitures, sa grosse motivation et l’ambition de participer à son niveau au développement d’un pays qui en a grandement besoin ! Il a fallu débriefer, analyser, soutenir et remotiver ! Après cette déception, le Team s’est vu bombardé de doutes et d’hésitations pour repartir. Les plus forts ont tenu le coup et ont intégré 3 nouveaux membres pour se repréparer pour février 2017. Même projet et même mission mais sur Konéga et non Namounou qui reste en zone rouge selon le ministère qui nous a peu soutenu dans nos difficultés. C’était sans compter sur notre motivation.

Parallèlement, sur Saint Jean de Tholome, le Team 5 se crée avec des jeunes du village qui s’activent depuis de nombreuses années dans les activités de l’association Oxalis qui assure la logistique des actions et des projets (Manifestations sportives et culturelles, spectacles et concerts, chantiers et ventes…) Les premières réunions mettent en évidence que, à l’image du Team 3 qui avait les mêmes origines, ce groupe est adulte, mature, autonome et très motivé. Ça promet !

En avril et malgré les évènements, le président de l’association part pour une mission d’une semaine de manière à évaluer l’arrivée, le tri et la distribution des 4 tonnes de matériel et de fournitures arrivés en Février. C’est l’occasion aussi de faire le bilan à Namounou sur les travaux en cours :

-          Le moulin (local de broyage à céréales) est en place mais une des têtes n’est pas adaptée et on la change immédiatement. L’organisation avec les femmes  semble bien en place et l’affaire tourne bien rond.

-          L’école de Tantankilé, malgré les réparations du toit, reste dans un piteux état et le sol se fissure. Les tables tiennent le coup suite aux travaux de revissage préparés par le T3 et réalisés par le T4. Le gros Baobab qui ombrait la cour est tombé et les plantations autour du bâtiment souffrent de la chaleur, de la sécheresse et des animaux.

-          Le Dispensaire est vide, les armoires remplies de matériel par le T3 ont été utilisés pour permettre aux plus démunis de bénéficier d’un peu de médicaments.

Enfin un déplacement sur Kaya permet de rencontrer des acteurs du territoire et de visiter des écoles, des dispensaires et des sites de plantations. De nouveaux projets en perspective.


2015

Une année sans déplacement sur place ! Mais grosse activité en France !

Le Team 6 est sélectionné pour partir en 2016 : 10 jeunes des classes de la Maison Familiale de Bonne qui semblent correspondre aux critères pour participer à un tel projet.

Le groupe devra faire face à certaines difficultés liées à la préparation et l’organisation avant, pendant et après. Nous leur demandons de se préparer aux points suivants :

-          L’approche de l’Afrique : Les reportages télévisés ne suffisent pas pour prendre conscience de la différence qui nous sépare. La pauvreté est parfois plus difficile à voir qu’on ne le pense. Ainsi, les jeunes retenus devront être prêts à observer certaines scènes, certaines situations (rencontres, nourriture…)

-          Les vaccins : Le paludisme, la typhoïde, la méningite… sont des maladies contre lesquelles l’européen doit se protéger.  Nous engagerons un programme de vaccination pour le Team.

-          Le budget : Le voyage entre Genève et Ouagadougou reste un investissement qui n’est pas négligeable. De plus nous prévoyons des déplacements sur place ainsi que des comptes rendus sous forme de montage vidéo qui représentent un certain coût. Nous serons subventionnés mais un investissement personnel d’environ 800€ sera à prévoir.

-          Le dynamisme et la volonté : C’est l’un des critères principaux qui sera retenu. Il nous semble indispensable pour la réussite globale de l’aventure. Chaque jeune devra être conscient que le voyage sur place demande 6 mois de préparation avant le voyage et 6 mois de restitution au retour.

-          L’esprit de groupe : C’est ce qui permettra de transformer les mésaventures en expérience.

Voilà de quoi retenir les plus réservés et sublimer ceux qui sentent cette fibre humanitaire.

En effet, les projets en place ne manquent pas, résumons les principaux :

-          Le dispensaire de Namounou attend sa rénovation (équipement, peinture…)

-          Les écoles primaires de Ouaga attentent les lave-mains et les fournitures

-          La bibliothèque du Lycée de Ouaga attend ses livres et sa ventilation

-          Le Burkina attend son développement qui tarde à venir….

Pour répondre à ces besoins, nous expédions un container de 40M3 et nous gardons une forte motivation !
 

2014 

Le Team 4 part en Mission à Namounou et Tantankilé pour poursuivre les travaux engagés par le Team 3 en Novembre 2013. C’est un groupe plus jeune mais tout aussi actif qui s’engage en ce mois de février 2014. Pour la première fois, la mission passe par le Niger où nous faisons halte pour rencontrer des partenaires qui nous soutiennent dans la province Gourmanché. La première semaine nous permet de nous activer dans un terrain conquis :

-          Animation et activités à l’école de Tantankilé

-          Travail et soutien au Dispensaire de Namounou.

-          Participation aux séquences de sensibilisation auprès des villageois

D’autre part, nous en profitons pour découvrir la microrégion :

-          Randonnée falaise de Gobnangou

-          Parc animalier et réserve totale du W

-          Découverte de la Zone du point Triple (Faso/Niger/Bénin)

Nous passons une semaine au Niger pour soutenir deux structures

-          La prison de Tatitingou

-          La zone rurale de Natitingou

Cette mission nous permet de sensibiliser un groupe de jeunes très mobilisés et sensibles aux problématiques des pays en développement.

Parallèlement à cette mission, nous poursuivons également les grands projets en cours dans les différentes zones et structures que nous connaissons.

-          Les cuiseurs solaires encadrés par notre animatrice

-          Le soutien aux dispensaires et écoles

-          La préparation de l’expédition d’un container de matériel scolaire et médical.

Une belle année, riche et active !!

 

2013

L’année de toutes les ambitions.

Une année très active qui voit se concrétiser le projet phare de l’association pour les 10 ans à venir : la création d’une structure d’accueil pour les enfants défavorisés. On peut parler de petit orphelinat.

C’est aussi la concrétisation de la mission du Team 3 en Novembre. Les travaux se sont concentrés sur 3 axes principaux :

-          Le soutien matériel et humain au dispensaire de Namounou avec l’encadrement du Major du CSPS, Marcel Bahily (Installation et garniture d’une armoire “Oxalis” pour stocker et regrouper divers médicaments au dispensaire).

-          La réflexion autour de la problématique de l’eau au village (proximité de l’école) de Tantankilé (Forage et acheminement)

-          Les travaux de réparation de l’école de Tantankilé et des animations avec les enfants en collaboration avec les instituteurs locaux.

Pour plus de renseignements, voir le compte rendu de la mission réalisé par Tadamba Lompo, partenaire local à Namounou.

Durant toute l’année 2013, de nombreux autres sujets ont été traités et travaux effectués.

-          Fin de l’installation de la première série de 15 cuiseurs et visite régulière par Claudine Bado, animatrice et conseillère.

-          Recherche de fond pour financer certains gros travaux (forage et toit de l’école)

-          Récolte d’une tonne de fournitures scolaires et matériel médical

-          Poursuite de l’ensemble des petites activités de soutien.

Enfin, c’est sans l’aide et le soutien de la Région Alpes que la sélection du Team 4 avec les élèves de toutes les classes de la Maison Familiale de Bonne se déroule. 13 élèves se voient retenus pour préparer et réaliser une mission à Tantankilé en Février 2014.

Une grosse année de travail et de réalisations concrètes sur le terrain.

 

2012

Une année de transition et de repérage

Outre la poursuite des recherches de fonds destinés à financer l’ensemble des projets, cette année était basée sur un travail de repérage dans le Sud-Est du pays. En effet Claudine Bado (animatrice cuiseurs), originaire de Namounou, proposait de réfléchir sur le développement d’une petite communauté scolaire et villageoise située aux confins des collines du Faso, à la frontière du Bénin : le village et l’école de Tantankilé.

2 membres de l’association Oxalis se rendent sur place pour rencontrer, évaluer, chercher et lister les travaux à effectuer, les personnes ressources et les projets à mettre en place.

Un groupe de jeunes de Saint Jean qui s’activent depuis des années dans l’association émettent l’idée d’un voyage sur place. Le Team 3 est né. Des animatrices, éducatrices, infirmières, paysagistes… Le groupe est motivé, compétent et terriblement actif. Les soirées, les concerts et les chantiers se bousculent et le budget est rapidement finalisé.

 

 

2011

L’année du Team 2. Une aventure passionnante dans des contrées reculées de l’Afrique.

Le séjour se déroule en 2 parties :

-        Une première séquence de reportages au Mali (peuples Nomades sur le fleuve Niger et rencontre avec la population Dogon)

-        Une deuxième séquence au village de Konéga pour participer à la construction d’un atelier mécanique et une savonnerie. C’est aussi l’occasion d’étudier l’utilisation de tout le matériel expédié dans le container.

16 jours intenses qui consolident les actions. Les coordonnateurs nous accompagnent et nous soutiennent. Suite à cette mission, de multiples présentations sont réalisées pour rendre compte des travaux et des actions. Plusieurs temps forts sont menés dans les classes de la Maison Familiale de Bonne et auprès de diverses communautés scolaires de Haute Savoie. Ce deuxième Team installe définitivement nos établissements dans le développement (notamment en Afrique).

 

2010

La maintenance des travaux de l’école de Konéga occupe tous les esprits.

Nouveau projet de la région Rhône Alpes, nouveau dossier, nouvel accord !!

La seconde partie de l’année s’attache à préparer une nouvelle équipe de jeunes de la Maison Familiale pour partir en mission au Mali et au Burkina  en 2011 (Le Team 2) :

Information, présentation, candidature, réception et sélection de 12 jeunes pour participer au voyage qui revêt les objectifs suivants :

-        Rencontrer une association malienne très active auprès des plus en difficultés

-        Rencontrer les populations peules et Bozo nomades du Nord et les soutenir dans le domaine de la scolarité (achats de tables, de bancs et de fournitures scolaires).

-        Séjourner au village de Konéga au Burkina pour travailler à la construction d’un atelier mécanique de réparation de vélos.

Une deuxième entreprise tout aussi importante est l’expédition d’un container de 40m3 à destination de plusieurs communautés du Faso.

-        Matériel scolaire pour les écoles de la région de Ouagadougou

-        70 vélos pour l’école de Konéga.

-        Matériel divers et varié pour les partenaires locaux.

Enfin, l’année 2010 se voit être très active en ce qui concerne le réseau de cuiseurs solaires puisque 6 sites seront équipés cette année.

Les microcrédits sont renouvelés et doublés.

 

2009

L’année pour prendre du recul sur les projets, poursuivre les plus performants, modifier ceux qui sont moins réussis et abandonner ceux qui ne marchent pas totalement.

Tout devient plus difficile mais aussi plus passionnant :

-        Répondre aux multiples demandes locales

-        Informer, susciter et inciter en France pour soutenir et participer

-        Etre objectif sur la réussite des travaux et des projets.

-        Sélectionner les partenaires, les coordonnateurs et les projets

La lutte contre la déforestation commence à s’installer partout en Afrique avec plus ou moins de réussite et d’efficacité. Nous nous penchons sur le sujet et décidons de faire fabriquer des cuiseurs solaires pour permettre aux femmes de cuisiner à l’aide du soleil.

Les premiers essais sont très concluants une série de 3 sites sont équipés.

Enfin, l’idée de créer un groupement de femmes du marché de Pissy (Ouagadougou) est proposée par Esther Zoungranna. 1000€ sont investis dans des microcrédits.

 

2008

C’est l’année la plus marquée depuis la création du Team.

En effet, même si de multiples déplacements ont été effectués depuis 10 ans, organiser un voyage avec un groupe de 11 jeunes semble représenter un aboutissement dans le projet global. La sélection fut terrible et la préparation passionnante. Ce Team a démontré un enthousiasme et un engagement hors du commun lors de la mission. Du travail, des reportages, des rencontres… Tous ces moments magiques sont relatés dans les films et les pages du Team.

La grande réussite réside dans le fait que pour la première fois, les élèves prennent conscience en se nourrissant de l’Afrique et de ses effets miraculeux pour l’esprit !

Certains sont contaminés !

 

2007

Les activités pour financer les projets se poursuivent : concert, grilles gagnantes, travaux, soirées…

Nouvelle grande étape avec une opportunité exceptionnelle :

La région Rhône Alpes propose une subvention pour organiser une mission sur place avec des jeunes de la Maison Familiale. 2 enseignants sautent sur l’occasion et rédigent un dossier de présentation qui correspond aux prérogatives du projet proposé. Bingo, une aide de 6000€ permet de décider d’emmener des élèves pour travailler sur place.

La création d’un groupe de 11 jeunes se met en place pour une mission de reportage, d’échange et de découverte : Un voyage au Burkina Faso en janvier 2008.

 

2006

Les grandes manœuvres sont en route.

L’objectif prioritaire concentre toutes les énergies : L’école. Toutes les activités du Team s’organisent pour trouver les 25000€ nécessaires à la réalisation des travaux :

-        Le bâtiment pédagogique

-        Les latrines

-        Le logement de fonction.

-        Les travaux annexes.

Les chantiers, les concerts, les dons, les subventions, les récoltes… Toutes les recettes sont intégrées au budget qui s’affine peu à peu.

Pour permettre de mieux informer les partenaires, « La Page du Team Burkinature » est née. Elle est mensuelle et gratuite. Elle traite des activités en cours ou en projet.

L’année 2006 s’attache également à soutenir d’autres projets de moins grande ampleur :

-        La création d’un atelier de fabrication de savon

-        La vente de broderie d’un atelier de tissage.

-        La réflexion pour financer des petits projets : tournoi de football, voyage de fin d’année au Zoo, soutien à Bassinko…

 

2005

L’année 2005 a été l’année de la grande décision, celle de se lancer concrètement dans l’aventure de la construction de l’école à Konéga, village très pauvre du Sanguié où tout manque. Nous décidons de nous installer pour 5 années dans cette micro région.

C’est aussi l’année des migrations (voir ci-dessous)

Toutefois, nous tentons de ne pas oublier les petites communautés déjà soutenues.

-        Expédition de fournitures scolaires (Diverses écoles)

-        Achats de livres de lecture au profit des écoles

-        Organisation de deux déplacements

Deux membres d’Oxalis se rendent sur place (Ouagadougou et Zougo) pour étudier la motivation de la population à l’accueil d’une école primaire de 3 classes, repérer une entreprise susceptible de réaliser les travaux, organisation de l’accueil des deux coordinateurs burkinabé en Haute-Savoie pour sensibiliser, étudier et transmettre.

-        Mise en place du DVZ : développement du Village de ZOGO.

Recherche de nouveaux financements, partenaires et soutiens pour obtenir les 13000 € nécessaires à la construction du bâtiment pédagogique et de ses équipements.

 

2004

Les grands projets. Depuis 10 ans, Oxalis-Burkinature s’attache à mener de petits projets, faciles à organiser, à mener et à évaluer. Les écoles sont un lieu privilégié car l’éducation et l’agriculture nous semblent les deux principaux nerfs du développement.

Les objectifs intrinsèques à l’association se précisent.

-        Mener des micro-projets, à la hauteur de nos ambitions, de nos moyens financiers et humains et du temps dont on dispose.

-        Limiter les intermédiaires entre les partenaires acteurs de l’aide et les bénéficiaires.

-        Concevoir, prévoir, organiser, mener et évaluer tous les projets avec et par l’intermédiaire de nos coordinateurs locaux (Messieurs Brahima Bado et Emmanuel Zoungranna).

Ainsi, l’année 2004 s’est attachée à poursuivre les travaux entrepris et à projeter de nouvelles idées résumées ainsi.

-        Expédition de fournitures scolaires à l’école de Toécé – Ouagadougou.

-        Création de l’atelier de fabrication de savon pour la communauté scolaire de Toécé.

-        Achat de livres scolaires.

-        Participation financière à quelques entreprises familiales.

 

2003

Les relais vétérinaires sont abandonnés, faute de motivation réelle sur place et face à la complexité du système local qui demande un trop grand nombre de partenaires burkinabés.

Consolidation des liens avec les coordinateurs locaux qui s’installent comme véritables relais entre le travail d’Oxalis-Burkinature en France et la mise en place des projets sur place. Ainsi, l’année 2003 compte plusieurs réalisations notoires :

-        Mise en place d’un nouveau jardin pédagogique à l’école publique de « Bassiko A ». (grosse motivation locale : enseignants, parents d’élèves, élèves…).

-        Création de savons au beurre de Karité à l’école de Silmiougou. (Fabrication, vente, sensibilisation à l’hygiène…)

-        Déplacement d’un membre d’Oxalis dans la province du Kadiogo pour évaluer les travaux et travailler sur d’autres projets.

-        Participation financière à quelques entreprises familiales.

-        Achat de livres scolaires (lecture) au profit des enfants de l’école de Silmiougou.

-        Expédition de 200kg de fournitures scolaires à Silmiougou.

 

2002

Les projets en place prennent forme, se concrétisent et s'améliorent.

De nouveaux contacts sont établis et les liens de collaboration et d'amitié se concrétisent. Les grandes orientations 2002 sont les suivantes :

-        Recherche de partenaires pour la mise en place de 2 "Relais-vétérinaires".

-        Recherche de financement pour concrétiser les projets.

-        Remise en état de la pompe du village.

-        Création et financement d'un Jardin pédagogique à l'école de "Pabré A", Ouaga.

Les partenaires locaux semblent s’intéresser sincèrement aux activités et aux projets mis en place. Les liens sont encore fragiles mais se dessinent lentement.

Deux instituteurs burkinabé deviennent officiellement coordonnateurs locaux :

-        Brahima Bado

-        Emmanuel Zoungranna

 

 

2001

2001 s'annonce comme une année de transition où l'objectif n’est pas de créer de nouveaux projets mais de concrétiser et pérenniser ceux mis en place.

-        Expédition de fournitures scolaires au profit des écoles.

-        Création et financement d'une campagne d'affichage pour sensibiliser les paysans à la vaccination des ânes.

-        Echange de dessins avec une école primaire d'un village de Haute-Savoie (St Jean de Tholome).

Ces projets sont détaillés dans des "fiches projets".

 

De plus un événement marque fortement le projet car deux membres de l'association financent un déplacement sur place pour asseoir les relations, rapporter des images pour illustrer la vie au village et affiner l'aide en étant plus en phase avec les besoins locaux concrets. Un compte rendu et un article de presse figurent dans la feuille de l'Oxalis N°4.

 

 

2000

Dans le cadre d'une opération menée par la Fondation des Maisons Familiales Rurales, une classe de 3ème participe à l'événement 2000. C'est un vaste programme de solidarité sur le thème "Je dis, j'agis".

L'objectif est encore plus ambitieux puisque ce sont quelques 500kg de fournitures scolaires qui seront regroupés.

Parallèlement, l'Association Oxalis débloque 3000 Frs français soit 300000francs CFA pour l'achat de livres de lecture de 6ième année.

C'est l'ensemble des classes, des enseignants et des membres du conseil d'administration qui sont intégrés à cette entreprise:

- Concentration des efforts et implication de l'ensemble des formateurs.

- Projets et récolte de fournitures parallèles avec différentes classes (PUS).

Oxalis poursuit son travail avec les ânes et apporte un soutien financier important. Un projet de "Relais vétérinaire" voit le jour et des contacts sont pris sur place pour réfléchir à une amélioration des conditions de travail des ânes dans les travaux quotidiens. (Voir feuille de l'Oxalis N°3)

Pour la première fois est émise l'idée de s'y rendre pour mesurer les besoins et adapter l'aide de la manière la plus concrète qui soit.

 

1999

120 Kg de fournitures scolaires sont expédiés pour répondre aux besoins de cette école primaire (570 élèves). L’idée de développer une aide plus conséquente prend forme au sein d’un nouveau groupe. 6 jeunes s'engagent sur une idée neuve et recherchent des partenaires encore plus forts.

Des livres de lecture appropriés à la situation locale (Institut Pédagogique du Burkina) sont financés pour améliorer la scolarité des enfants. L’échange de courrier devient de plus en plus conséquent.

 

1998

Le projet est renouvelé par une nouvelle équipe de 6 jeunes dynamiques et volontaires (6 filles). Quelques colis sont envoyés grâce au partenariat de la Poste du village de Bonne. Une sensibilisation régulière est installée et les élèves de la Maison Familiale sont investis.

Les membres de l'Association Oxalis sont de plus en plus présents et un projet de débroussaillage avec les ânes est mis en place pour financer les futures actions et leur coût de fonctionnement. D’autres moyens apparaissent et les bénéfices de l’association deviennent systématiquement injectés dans les projets de développement au Burkina.

 

1997

Dans le cadre d’un projet d’utilité sociale, un groupe de 6 jeunes contactent une école au hasard au Burkina, évaluent les besoins et apportent une aide financière et matérielle de 100 Kg de fournitures. L’adresse est obtenue par un contact entre une école de Lorraine et un élève de la Maison Familiale de Bonne. Un échange de courriers s’installe avec le directeur de cette école burkinabé (Pabré – 40Km au Nord de Ouagadougou).

C’est la vraie première démarche !

Le lien avec un membre du PNUD de Genève nous permet d’envoyer une dizaine de colis de 10Kg remplis de fournitures scolaires et de matériel divers. C’est l’école de Pabré et de son directeur qui en bénéficie.

 

1995

-        Premiers contacts avec l'Afrique. Un échange de courriers s’installe avec un directeur d’une école burkinabé (Pabré – 40Km au Nord de Ouagadougou).

-        Recherches, études et rencontres en France.

-        Sensibilisation aux difficultés de l’Afrique noire

 

1991/1994

C’est un lent processus de prise de conscience qui envahit en douceur le milieu.

Un certain nombre de documentaires, de film et de sujets intègrent peu à peu les cours de géographie, d’écologie et d’histoire.

 

1990

La rénovation des programmes des formations inclut des thèmes liés aux Tiers-mondes.

-        En BEP, les milieux arides et le Sahel. Une approche des climats à l'échelle planétaire et l'impact sur les populations.

-        En BAC. PRO, Les Tiers-mondes dans leur globalité.

Ainsi, les cours s’orientent sur des considérations Nord/Sud qui suscitent chez les enseignants les prémices d’une démarche humanitaire

 

Conclusion

 

Le TEAM BURKINATURE a le vent en poupe ! Les projets et les idées abondent et la motivation est toujours grandissante. D'imposants travaux d'information sont réalisés pour impliquer, sensibiliser et intégrer de nouveaux partenaires. Persuadés de l'intérêt que partagent les deux pays concernés, et conscients que les petites rivières font les grands fleuves, nous continuerons…